JOURNEES PORTES OUVERTES

1er et 8 Mai 2014
Visites samedi après-midi du 5 avril au 14 juin ou sur rendez-vous en semaine.
Vente sur place.

Nos Iris :

Créations
LOIC TASQUIER

Créations
Jean-Luc GESTREAU

Hémérocalles


Conditions de Vente
       Partenaires
   Vous êtes ici: La ferme des iris  >  Histoires d'iris

HISTORIQUE

D'abord un peu d'histoire , ou de légende diront certains :

L'IRIS doit sa gloire à Clovis, roi des Francs. Alors que Clovis était encerclé par une terrible armée de Goths sur les bords du Rhin, il dut son salut à ses connaissances botaniques. Clovis remarqua qu'un banc d'IRIS jaunes s'étendait loin dans le fleuve, il en déduisit que là se trouvait un gué et y fit échapper son armée. En témoignage de reconnaissance Clovis fit de l'IRIS l'emblème du blason royal à la place des crapauds, usage poursuivi par ses descendants. C'est sous Louis VII, lors de la deuxième croisade vers Damas, que l'IRIS, devenu " fleur de Louis ", puis " fleur de Luce ", devint la fleur de Lys des rois de France . D'autres penchent vers une origine plus religieuse : ce serait suite à une vision de Clotilde  que celle-ci aurait demandé à Clovis de faire ce changement dans le blason royal. Une troisième hypothèse est basée sur la ressemblance entre cette fleur stylisée et l'embout du javelot des Francs , l'angon, qui présente une pointe et deux crochets.

L'emblème des rois de France ne serait donc pas une fleur de lys, mais... ...un iris !

Au début du 19° siècle des horticulteurs français : DE BURE, JACQUES puis LEMON obtiennent de nouveaux hybrides à partir de graines récoltées sur différents iris botaniques ,ils les sélectionnent puis les diffusent sous le nom d'iris Germanica. Au début du 20° sous l'impulsion des maisons VILMORIN puis DENIS, MILLET et surtout Ferdinand CAYEUX avec une hybridation volontaire et l'arrivée des iris tétraploïdes plus gros et vigoureux.. La France domine le monde de l'hybridation jusqu'à la fin des années 1930 alors qu'émergent quelques créateurs américains : COOK, HALL, les frères SASS qui utilisent les iris français. Après la deuxième guerre , les USA prennent la tête de l'hybridation mondiale grâce à la famille SCHREINER, BABSON, GIBSON, HAGER, GATTY, BYERS et bien d'autres qui modernisent les grands iris barbus. En France Jean CAYEUX reprend le flambeau familial rejoint par la famille ANFOSSO et le Docteur Jean SEGUI.

Aujourd'hui la création est toujours dominée par les américains et les australiens ,  KEPPEL, GHIO, BLACK ,JOHNSON et BLYTH.

Chez nous Richard CAYEUX, Michelle BERSILLON, Lawrence RANSOM , Bernard LAPORTE et Rose-Linda VASQUEZ  épaulés par quelques hybrideurs amateurs mais passionnés, maintiennent la tradition française.

Les Iris offrent une multitude de coloris, avec des nuances multiples et de très nombreuses associations de couleurs. Les formes des fleurs ont aussi beaucoup évolué, plus amples, texture plus épaisse,tiges plus robustes, apparition de frisures et  ondulations, éperons ou pétaloïdes en bout de barbe  et une « classification » est devenue nécessaire. Seul le rouge « pur » n'est pas représenté, c'est peut-être la prochaine mutation qu'un hybrideur aura la chance  de voir un matin de printemps , ou bien un  iris « double »  , qui peut savoir !

Bicolore : Pétales et sépales de couleurs différentes

Bitone : Pétales et sépales de même couleur, mais de tons différents

Amoena : Pétales blancs, sépales de couleur et Amoena inversés

Plicata : Pétales et/ou sépales de couleur claire bordés ou rayés d'une autre couleur

Variégata : Pétales jaunes ou s'en approchant sur sépales brun-rouge.

Distallatas : Pétales blanc ou très clairs, sépales de même mais agrémentés d'une couche centrale jaune à orangé et de fines rayures sombres partant de la barbe et s'étirant vers le bord

Broken colors :plusieurs couleurs mélangées et iris zébrés

Space Age : iris à éperon ou cuiller en bout de barbe

Définitions

Sépales : au nombre de 3, elles forment la partie inférieure de la fleur. Elles retombent vers le sol.

Pétales : au nombre de 3, elles forment la partie supérieure de la fleur.

Rhizome : tige souterraine de l'iris prolongée dans le sol par des racines. Le rhizome contient les les réserves de la plante. Les feuilles et les hampes vont pousser en dehors du sol à partir du rhizome.


Les principaux  producteurs sont aux  Etats-Unis, en France, Australie et Grande Bretagne . Mais depuis quelques années de nombreux hybrideurs issus d'autres pays Européens sont venus grossir les rangs . De même de nombreux hybrideurs amateurs , certains sont d'ailleurs devenus des professionnels, proposent maintenant des créations de très grande qualité .


Des concours sont organisés pour récompenser les plus beaux iris. Trois types de récompenses sont décernées lors de la Convention qui a lieu chaque année aux Etats-Unis :

  • Une Honorable Mention (HM) récompense la qualité d'un nouvel iris existant depuis au moins 2 ans.
  • Un Award of Merit (AM) récompense un iris qui a déjà obtenu une Honorable Mention et qui s'avère être de qualité supérieure.

  • La médaille de Dykes (DM) récompense chaque année le meilleur iris ayant déjà obtenu un Award of Merit. C'est la plus haute distinction qu'un iris peut actuellement obtenir aux Etats-Unis.

La Grande Bretagne et l'Australie décernent aussi chaque année une médaille de Dykes.

FRANCIRIS, notre concours national, organisé par la SFIB, a récompensé en 2000 les meilleurs iris français et s'est ouvert en 2005 et 2007 aux iris venus de tous pays. En 2011 franciris a eu lieu du 16 mai au 4 juin  à Jouy-en-Josas (78).

L'Italie accueille chaque année le Concours International de Florence.


Site internet créé par l'agence web Darnox
Création de sites internet - Mentions Légales